IMG_5372.jpg

L’herbage, au-dessus de notre future maison.

Quand on a acheté ce corps de ferme, l’herbage nous intéressait aussi, le propriétaire ne souhaitait pas le vendre, mais nous garantissait qu’il allait rester tel quel, une pâture pour les vaches du voisin.

Quelques semaines après la signature du compromis, il nous annonce qu’il a un projet de poulailler de 400m2, sur cette herbage.

Depuis, il a monté son dossier avec la Chambre d’Agriculture, déposé son Permis de Construire, approuvé par la Mairie.

Les habitants du hameau se sont révoltés contre ce projet de verrue dans le paysage, visuel, sonore et olfactif (il s’agit d’un projet d’élevage de “volailles” qui inclue la possibilité de pintades, et ça fait beaucoup, beaucoup de bruit, une pintade, et dans 400m2, on en met 4000).

Et aux dernières nouvelles, le projet de poulailler serait déplacé 500m plus loin. Mais tout ça est au conditionnel.

Je profite donc, tant qu’il est encore temps, des vaches, du calme, et du bel herbage.

 
Gaelle Le Doledec